Ludwig Revolution (Kakumei) – Kaori Yuki

Ludwig Revolution est l’un des fruits du travail  admirable de la mangaka Kaori Yuki. Ce qu’il faut savoir sur cette auteure que j’aime beaucoup, c’est qu’elle a un univers très construit, très particulier, à tel point que plusieurs mangaka ont tenté de se l’approprier, bien que je n’ai retrouvé d’univers semblable au sien nulle part ailleurs ; mais ça, j’en parlerai plus tard.  Revenons-en à Ludwig Revolution, que je vous explique un peu en quoi ce manga très original est particulièrement intéressant.

ludwig-revolution,-t4-189192

Ludwig Revolution : un univers à part

Le premier mot qui vient à l’esprit  de ceux qui connaissent ce manga lorsqu’on leur demande ce qu’ils en pensent, c’est très souvent « glauque ». Et pourtant, tous ceux qui ont aimé Ludwig Revolution ne sont pas pour autant fanatiques de glauque (même si ça aide). Ce qui fait la force de cet univers, c’est son originalité : en effet, Kaori Yuki mélange subtilement le glauque (comme dit précédemment), le drôle, le mystérieux et le candide, tout ceci avec des personnages tous plus surprenants les uns que les autres et un tracé détaillé et tout à fait maîtrisé, à travers lequel elle s’approprie son univers, sombre et romantique.

L’étrangeté constante de cet univers est renforcée par de nombreux anachronismes tout au long de l’histoire, ainsi il n’est pas surprenant de croiser des armes à feu dans un univers s’approchant pourtant beaucoup plus du début du Moyen-Age.

lisette___ludwig_kakumei_cosplay_by_jenlusei-d5q3weu

Des personnages pour le moins surprenants

Alors oui, des manga avec des personnages qui sortent du lot, il y en a un paquet, je sais de quoi je parle. Cependant, plongez-vous le temps de quelques pages dans ce manga, et vous comprendrez que ces personnages en particulier ont quelque chose… d’étrange (comme la plupart des protagonistes de Kaori Yuki). Déjà, replaçons le contexte : le jeune prince Ludwig, plutôt beau gosse quoique (légèrement) efféminé, n’a que faire du trône que son père se prépare à lui laisser. Jusque là, bon, rien de bien surprenant. Et si je vous dis qu’au lieu de gouverner son royaume il court les jupons… de cadavres ? Aaah, là je vous en bouche un coin. Néanmoins, je vous rassure, ce manga ne traite pas de nécrophilie, , car très vite le prince va partir à la recherche d’une princesse (ou plutôt de la plus grosse paire de b**bs) à travers son royaume, et celle-ci doit être vivante (allez dire à votre peuple « bien le bonjour à tous, je vous présente ma dulciné : Gertrude, morte depuis 8 mois. » … ça fait moyen.) Accompagné de son valet Wilhelm, il va rencontrer différents personnages des contes de Perrault et de Grimm, revisités à la sauce de l’auteur. Et ces personnages sont tous plus surprenants les uns que les autres, mais je ne spoilerai rien ! Toujours est-il qu’un des points forts de ce manga réside en ces personnages, vraiment.

Ludwig-Revolution-tome-3

« Tous les contes n’ont pas une fin heureuse… »

Et je doute que ce soit moi qui vous l’apprenne. Comme nous le savons tous, la plupart des contes de notre enfance nous sont gentiment contés avec amour mais, en grandissant, on apprend tous un jour ou l’autre qu’on nous a lâchement menti, et que nos héros finissent rarement heureux avec beaucoup d’enfants, et que souvent même ils meurent, tout simplement. Alors si vous ne vous êtes pas remis de la petite sirène blonde qui finit en écume de mer à la fin du dessin animé, je pense qu’il est temps pour vous de vous faire une raison, ne lisez pas ce que je vous vends depuis le début de cet article… à moins que voir tous ces personnages par l’oeil de Kaori Yuki vous fasse renouer avec la petite Marina-écume-de-mer ou que vous ne vouliez détruire sciemment votre enfance en une lecture.

Cependant, du calme. Tous les personnages du manga ne vont pas mourir, loin de là. Il faut néanmoins vous attendre à les voir dans un état peu attendu dans un gentil petit Walt Disney, je vous le concède. La mangaka s’est beaucoup amusée à reprendre les vrais contes et à les transformer plus en moins en fonction de leur rôle, des autres personnages, et le résultat est assez souvent étonnant, et brillant de réalisme.

 

Pour conclure, je dirais que ce manga vaut vraiment le coup d’oeil, car malgré les risques que l’auteur a pris en insérant des personnages si connus dans un univers aussi étrange, le scénario reste-dans le domaine du merveilleux bien sûr- tout à fait crédible et surtout très captivant. Enfin, ce manga est assez facile à lire et les graphismes rendent réellement l’univers beaucoup plus vivant, bien qu’à la base ce ne soit pas un style de dessin auquel j’accroche, pour cette histoire ils sont juste parfaits.

 

Voilà, la semaine prochaine je vous parlerai de mon premier shônen, d’ici là portez-vous bien !

Kyôki

One Response

  1. Dréa 24/10/2013

Laisser un commentaire

Léo & Maltion