Top 10 des meilleurs raisons de ne plus lire de top. La #7 va vous surprendre !

Je ne sais pas d’où tu viens, lecteur. Statistiquement, probablement de Google. Tu nous fascines, mon cofondateur et moi. Tu nous agaces, nous obsèdes, lecteur anonyme. On regarde ta trace dans nos dashboards, on regarde de quelle région tu viens, quels mots clefs tu as tapés, si tu lis un article ou cinq, combien de temps que tu passes dessus… Quand on est lecteur anonyme, on a mal à se rendre compte du poids qu’on a sur les sites qu’on parcourt. En tant que bloggueur, mi-journaliste mi-écrivain, un peu politicien, un peu contestataire, un peu idéaliste mais un peu vendeur aussi, on veut donner ses idées, dire ce que l’on pense et on veut aussi faire du chiffre. Oui, on veut faire de la vue, du clic, de l’impression du ROI. On aime être lu et on aime caresser l’idée que clic après clic on va finir par pouvoir embrasser le succès, qu’on va finir par pouvoir vivre de tout ça.

recherche google analytics traffic

Organic search c’est Google&co (ce camembert est un Screenshots de l’endroit dans Google analytics qui me permet de déterminer ta provenance)

Pour être honnête avec toi, on gagne vraiment pas grand chose, j’ai encaissé y’a quelques mois le premier chéque d’Adsence. 72 euros (le minimum pour pouvoir toucher de l’argent d’Adsence c’est 70€) et on a gagné 10€ d’amazon.
Mais à travers ces quelques centimes, on entretiens notre espoir. On crève de jalousie en regardant la rentabilité de Hitek tout en nous disant que peut-être qu’un jour on trouvera certains de nos articles en librairie comme l’Odieux Connard. On est des rêveurs idéalistes, peut-être un peu cons, certes, mais on l’aime ce rêve au logo rouge et blanc.

adsence dashboard

Une de nos fiertés. En parti grâce à toi, lecteur anonyme.

Derrière un site de 200 articles comme le notre, il y a beaucoup de travail, beaucoup de débats, des engueulades, de la sueur et des nuits blanches. On a essayé plein de trucs, j’ai appris plein de chose, du design d’un logo aux optimisations d’articles pour améliorer la visibilité d’un Google.

On a passé un mois avec Léo (le cofondateur) auto-séquestré dans un 22m² à essayer de sortir plus d’un article par jour, on a mis sur la balance notre amitié 15000 fois pour 4 phrases mal placées ou pour une image trop dégueulasse.

J’y ai mis une bonne partie de ma vie, de ce pote grammar nazi (Merci encore Gaylord) qui corrigeait mes articles à l’arrache sur Facebook à ma copine de l’époque que j’avais réussi à convaincre de nous faire des analyses de manga alors qu’elle n’arrivait pas à s’entendre avec Léo. J’ai sacrifié beaucoup pour couvrir la Japan Expo, pour arracher une interview de Noob ou de LinkTheSun sans avoir de carte de  presse, j’ai fait des heures de queue et j’ai accumulé les nuits blanches.

Je ne veux pas parler pour lui, mais je sais que Léo aussi y a mis ses tripes. Sur le webjournal il a bien usé le clavier de son toaster, je lui ai mis le nez dans des trucs qui ne lui parlaient pas du tout, comme le SEO et l’écriture web. Aujourd’hui encore, après chaque article, il balise et se demande comment les gens vont le prendre, si il a bien dit ce qu’il voulait dire et après chacun des mes articles, j’ai droit à son avis détaillé pour m’améliorer, de l’orthographe à la tonalité.

logo_lwj_vf

Un des premiers logo (2012)

cropped-LWF_headeur_sansmascottev4.png

Une autre version du logo en 2013

 

Le logo actuel

Le logo actuel

 

On se cherche beaucoup, et encore aujourd’hui on a un peu du mal à trouver notre ligne éditoriale. Sur ce site, on fait quand même plus de 4000 pages vues par mois (8000 à notre heure de gloire) donc on a un peu de public qui vient nous voir. Mais c’est aussi le cancer de notre site : On est les numéro 1 des sites pour gens qui s’emmerdent et numéro 3 pour le suicide moderne. On fait ~3000 vues par mois sur deux articles à destination de gens qui s’ennuient. Des articles écrit à la va vite, pour le fun.

analytics dashboard website

Alors qu’est-ce qu’on fait maintenant ? On a pas vraiment de communauté, juste quelques potes qui nous lisent de temps en temps… Pas de communauté sur le web ça veut dire que les articles de fond sont pas lu, pas de partage, pas de tweet, pendant que les articles écrits pour Google montent en flèche.

En moyenne on a une dizaine de clics par posts sur notre page facebook, ça représente 2% de notre trafic total.

On aime bien écrire, on aime bien faire des articles de fond. Mais d’un autre coté, on aime bien être lu, on aime bien gagner quelques euros et puis bon, ça reste amusant de pouvoir écrire un article à la va-vite parce qu’on a une idée marrante et de savoir que l’article est lu par 3 mecs en Ariège.

Alors aujourd’hui, avec Léo on a décidé de séparer Le Webjournal en 3 :
Lewebjournal.fr/trendy pour le contenu bankable.
Lewebjournal.fr/articles pour les articles qualitatifs.
Vitriolist.com pour les réflexions existentiels.

On espère te retrouver dans un des trois, lecteur anonyme, parce que même si on a du mal à te comprendre, on t’aime et on espère que tu nous comprends.

D’ailleurs n’hésitez pas à passer dire bonjour, ici ou sur facebook, on lit tous nos commentaires et l’on te répondra.

Maltion.

 

2 Comments

  1. Nivek 12/05/2017

Laisser un commentaire

Léo & Maltion